POSER UNE QUESTION

Accueil » Catégories » Vie quotidienne » Comment nettoyer une voiture comme un pro ?
0 Votes
Voter pour !

Comment nettoyer une voiture comme un pro ?

voiture

Comment faire pour nettoyer une voiture neuve sans abimer la peinture ? Comment obtenir une carrosserie ultra brillante comme avec un lavage professionnel ? Comment éliminer les micro-rayures, entretenir et rénover la peinture de ma voiture ?

par Manuel dans Vie quotidienne · Posée il y a 830 jours 1 heure 13 minutes .

Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

 

7 Réponses à la question Comment nettoyer une voiture comme un pro ?

  1. 0 votes

    * * * Entretien extérieur de voiture * * *

    Après un nombre incalculable de pages sur l’entretien esthétique de nos voitures, et un nombre impressionnant de redondance, j’ai voulu créer un Tuto verrouillé d’entretien. Toutes les questions devront être posées sur le topic classique.
    Loin d’être exhaustif, je vais tenter d’expliquer les bases d’un entretien de véhicule et ses différentes étapes.

    A savoir que je suis parti sur une peinture vernie et non une peinture à brillant direct (où peinture et vernis sont mélangés ensemble).

    Tout d’abord, pourquoi laver une voiture ??? Tout simplement parce qu’elle se salit vite et ce par divers contaminants, retombées industrielles, goudron, insectes et oiseaux, poussières diverses, résidus de plaquettes de freins…

    La rapidité avec laquelle un véhicule se salit est variable en fonction du nombre de kilomètres effectués quotidiennement, de l’environnement (usines…), de l’endroit où « dort » le véhicule… Poste de dépense non négligeable et nécessité au quotidien, font qu’un certain nombres veulent entretenir leur voiture afin qu’elle soit dans le meilleur état possible. D’autres ne la considèrent que comme un « déplaçoir » pour relier un point A à un point B et ne sont nullement intéressé par l’entretien extérieur de leur véhicule. Je conseille vivement à cette dernière catégorie de ne pas pousser plus avant la lecture de ce topic car ils risquent de s’embêter royalement.

    Je vais décomposer les différentes étapes d’entretien.

    1)- Le pré-lavage

    Le pré-lavage a pour but de faire partir les saletés les plus grosses.

    Pour ce faire on utilise un N.H.P. (nettoyeur haute pression). Soit un N.H.P. particulier soit un NHP payant, type Eléphant Bleu).

    Il est conseillé dans un premier temps de mouiller rapidement toute la voiture afin d’humidifier les contaminants. Ceci effectué, on passera au pré-lavage (position lavage sur les N.H.P. payants) en partant du haut du véhicule et en descendant petit à petit vers les jantes. Le rinçage doit s’effectuer à l’eau déminéralisée. Chose rarement possible pour un lavage chez soi.

    Une fois fini, il ne faut jamais essuyer sa voiture (pour la sécher par exemple). En effet, le N.H.P. ne fait que pré-laver et la voiture est loin d’être propre. Pour preuve, il suffit de passer un doigt sur la carrosserie sur les bas de caisse et je suis sur que vous récolterez un certains nombres de saletés. Inutiles de faire un dessin pour expliquer ce qui va se passer si un chiffon vient frotter ses résidus sur la carrosserie : rayures assurées.

    Certains arrêtent ici leur « nettoyage ». C’est un choix. A savoir qu’un coup de N.H.P. toutes les semaines ou quinzaines permet de garder une voiture dans un état correct. Pas transcendant certes, mais c’est mieux que rien.

    De plus, on ne peux sauter des étapes sans dommages graves pour la carrosserie : surtout on ne passe pas de cire manuellement après un pré-lavage, car la voiture n’étant pas réellement propre bonjour les rayures en appliquant et en essuyant (le buffing*) la carrosserie.

    Ceux qui veulent parfaire cette technique à domicile peuvent utiliser une « lance à mousse » (foam lance*) qui envoie une mousse épaisse sur la voiture. Cette mousse (à laquelle on ajoute un shampoing voiture) va couler le long de la voiture par le biais de la gravité en enlevant certains des contaminants et ainsi effectuer un pré-lavage de qualité.

    Une astuce consiste a mettre de l’eau chaude dans le réservoir à mousse afin que cette dernière soit plus dense. Une lance à mousse (foam gun)

    2)- Le lavage

    Le lavage à pour but de nettoyer avec précautions tous l’extérieur de son véhicule.

    Le lavage est très important car malgré le pré-lavage, s’il est mal effectué il est très générateur de rayures.
    Un lavage se fait exclusivement à la main. Il faut utiliser 2 gants de lavage en micro fibre par exemple (mieux que les éponges) : un qui sera dédié aux parties hautes du véhicule et l’autre aux parties basses. Tout simplement par ce que le bas de la voiture est nettement plus sale que le haut. Les jantes doivent être lavées à part, soit avec des brosses soit avec encore un autre gant car les poussières de freins sont petites mais excessivement abrasives et risquent de rayer le reste. Un nettoyant jantes est fortement recommandé afin de faciliter leur nettoyage. Bien sur l’on en profitera pour ne pas oublier les passages de roues.

    Un bon nettoyage ne peut se faire qu’avec 2 seaux. Et également toujours à l’ombre sur une carrosserie froide.

    De plus le seau dédié au rinçage doit, si possible, être équipé d’un grit guard*. Cette dernière est une grille avec un support plein en forme de croisillon dont le but est de piéger les saletés tout en évitant qu’elles remontent à la surface.

    Grit guard et vue de coupe du seau de rinçage et de sa grit guard

    On démarre toujours le lavage par les parties les moins contaminées, à savoir du haut vers le bas. On trempe son gant dans le seau de lavage qui comprend un shampoing auto plus ou moins fort en fonction du type de lavage souhaité : shampoing faiblement dosé pour un lavage d’entretien ou shampoing fortement dosé pour une préparation complète avec pose de cire. On lave une moitié de toit on le rince bien dans le seau dédié, on essore, on le trempe dans le seau de lavage on fait la 2éme partie du toit….etc… Plus on rince souvent son gant moins on risque les micro-rayures. De plus, il ne faut pas hésiter a changer l’eau de son seau de rinçage autant de fois que nécessaire. Pour ceux qui ne peuvent se permettre d’avoir un accès à un point d’eau, il existe des seaux étanches avec couvercle que l’on rempli préalablement chez soi.

    Enfin, une fois fini le lavage il ne doit y avoir aucune saleté résiduelle dans le seau de lavage. Si ce n’est pas le cas cela veut dire que la phase de rinçage est mal maitrisée : mauvaise technique, pas assez fréquent…

    Je conseil également d’avoir quelques pinceaux doux pour nettoyer les sigles, seuils et tours de portes ou de coffre.

    Après avoir lavé, on peut dégoudronner la voiture à l’aide d’un produit spécifique. Je recommande toujours de relaver et rincer les zones qui ont été dégoudronnées car les dégoudronnants sont agressifs pour les vernis et pour les clay- bar* (voir étapes suivante). Ensuite on rince. Le rinçage le plus approprié n’est pas celui au N.H.P. mais au tuyau d’arrosage avec une pistolet d’arrosage mis en mode « douchette ».

    Si l’on continue la préparation du véhicule par l’étape suivante alors on a pas besoin de sécher le véhicule.

    Par contre pour celles et ceux qui veulent s’arrêter à cette étape il est vivement conseiller de sécher sa voiture afin d’éviter les marques que font les gouttes d’eau en séchant (terrible avec de l’eau calcaire). Pour ce faire je conseils d’utiliser une raclette silicone que l’on va passer sur la carrosserie et les vitres et qui ainsi va éliminer 80% de l’eau résiduelle. Le peu d’eau restante devra être essuyée à l’aide d’une micro fibre.

    Vous trouverez un tuto de fabrication d’un grit guard maison en fin de post.

    3)- La décontamination

    La décontamination à pour but d’enlever les contaminants restants et enchâssés dans le vernis afin d’en « purifier » la surface.

    Bien des personnes sont persuadées qu’après les étapes citées précédemment leur véhicule est rutilant. Malheureusement non. Certaines des saletés ont résistées au lavage : points de goudron, oxydation, film routier, déjections d’oiseaux, cadavre d’insectes incrustés… De même, les micro-rayures abritent nombres d’impuretés. Afin d’en venir à bout il existe une méthode : la décontamination.

    Cette décontamination est effectuée avec une clay-bar. Celle-ci est soit a base d’argile trés fine soit synthétique. Cette clay est malléable et après avoir vaporisé un lubrifiant à clay, on la passe sur la carrosserie en mouvement rectiligne. On fait petite portion par petite portion. Dés que la clay-bar est sale on la malaxe et l’on continue à un autre endroit. A noter que les vitres n’étant pas exemptes de contamination on a tout intérêt à les passer également à la clay.

    Une fois la voiture décontaminée, il reste sur la voiture un mélange de lubrifiant à clay et de contaminants d’où l’obligation de relaver la voiture. D’ailleurs, outre le fait que ce lavage est rapide, on voit par la même occasion que la décontamination a porté ses fruits car l’eau s’écoule très facilement (le sheeting*) comme si la voiture avait été cirée. En fait le vernis est devenu pur sans plus aucunes saletés incrustées.

    La contrepartie c’est que tous les défauts ressortent beaucoup plus, dont une partie des micro-rayures qui étaient moins visibles car comblées par des contaminants.

    4)- Le polissage

    Le but du polissage est d’éradiquer les micro rayures et de rendre la peinture hyper brillante.

    Bien des choses peuvent être à l’origine des micro-rayures : un vernis très fragile, un mauvais lavage (rouleaux, essuyage après juste un coup de N.H.P.,…), un frottement alors que le véhicule est sale …
    Le but du polissage est de polir le vernis grâce à une substance abrasive : le polish. De différentes abrasivité du cutting* (trés abrasif) au finishing * (finition), la gamme est varié et réponds a tous les type de micro rayures.

    L’action de polissage peut s’effectuer par le biais de machine : polisseuse (orbitale ou rotative) ou avec des pads* mousses dédiés. Ceux ci ont également différentes abrasivités suivant le genre de polish auquel ils sont destinés.

    En fait le polissage consiste à enlever la couche de vernis qui est rayée. Donc ainsi, on comprend que le nombre de polissage n’est pas infini et dépend, et de ce que l’on enlève et de l’épaisseur du vernis à la base. D’où l’importance de bien maitriser la phase de lavage afin de ne pas créer de nouvelles micro-rayures. De même, il existe des appareils qui mesurent l’épaisseur de peinture ; on peut ainsi voir s’il y en a suffisamment pour un polissage ou pas.

    Mais malheureusement, parfois, les dégâts sont plus importants quand le vernis est percé. Dans un cas comme celui-ci, le polissage est inopérant et dangereux. Seul l’ajout de peinture (par le biais d’un stylo retouche par exemple) permettra un polissage une fois ces retouches faites. Il faut garder à l’esprit que même si ce type de rayures importantes se fait moins remarquer après la retouche et le polissage, elles n’en demeurent pas moins plus ou moins visibles.

    Afin de se rendre compte si le vernis est percé, il faut passer l’ongle sur la rayure et s’il accroche ce n’est pas bon signe du tout.

    Pour un polissage à la main, en ce qui me concerne, je passe toujours le polish en mouvement rectiligne. Certains le passent en cercle. Chacun ces préférences. Par contre si l’on utilise une polisseuse les mouvements doivent être rectilignes.

    Il faut toujours travailler le polish à l’ombre. Et bien essuyer les restes. De même il est impératif de ne pas en mettre sur les plastiques non peints ou les caoutchoucs sous peine d’avoir de très gros problèmes pour l’enlever. Des scotchs de protections sont idéales afin de protéger tout les plastiques et caoutchoucs.
    Le polissage provoquant pas mal de petites poussières, il faut les éliminer au pinceau dans les recoins à l’aide de pinceaux doux et par un bon petit coup de N.H.P. par exemple et re-sécher la voiture comme à la fin de tout lavage.

    5)- Le lustrage

    Le lustrage a pour but de faire briller la carrosserie.

    Le lustrage consiste a nourrir le vernis a l’aide d’un produit nommé glaze*. Celui ci va « faire briller » la peinture. Certains utilisent un cleaner* pour nettoyer et préparer la carrosserie à une cire. Un certain nombre de ces cleaners ont le rôle de glaze également (lustreur) et combine donc les qualités des deux.
    De plus, certains de ses lustreurs contiennent des fillers* (remplisseurs en français) qui masquent temporairement les rares restes de micro rayures.
    Ses produits s’appliquent le plus souvent manuellement avec de petits pads mousse non abrasif.

    Pads mousse pour l’application de cleaner/lustreur/cire

    Une partie de ces produits, et plus particulièrement ceux contenants des remplisseurs, s’applique en mouvement rectilignes horizontaux et verticaux. (cf. voir l’avant dernière des précédentes photos).
    Comme de bien entendu, ces produits doivent être essuyés (buffer) afin de parfaire la brillance et d’enlever le surplus. Le temps d’attente avant le buffing est très variable suivant les marques : d’immédiat à une trentaine de minute.

    6)- Le cirage

    Le but du cirage est de protéger la carrosserie d’une partie des agressions externes et de préserver le lustrage.

    En effet, si votre peinture brille de mille feux et que votre voiture est tellement étincelante que les oiseaux volent sur le dos pour ne pas être éblouis, la protection est, quand à elle, inexistante.
    L’opération de cirage consiste à protéger les lustrants et ainsi à faire en sorte qu’il y ai une couche protectrice (microscopique) entre l’extérieur et votre vernis.
    Pour se faire, on utilise 2 catégories de cire : les sealents* qui sont des cires synthétiques et les waxs* qui contiennent une base d’éléments naturels tels que la cire d’abeille, la carnuba, le jojoba…
    Certaines cires combinent les 2 types.

    Les sealents ont la particularité d’avoir une tenue plus longue dans le temps et d’apporter également beaucoup de brillant. Les waxs apportent, quant à elles, de la profondeur et de la « chaleur » à la peinture. Il est tout à fait possible de combiner les deux. Il faut juste savoir que l’on met en premier la cire qui a la meilleure durabilité. A savoir qu’il est possible de mettre plusieurs couches d’une même cire, pour ce faire il faut juste attendre 12 heures entre les couches. Cette durée d’attente est un moyenne. En effet, certains sealents dits « polychargés » ont un séchage (polymérisation) beaucoup plus rapide : moins d’une heure. L’on peut par conséquent, en quelques heures, passer plusieurs couches de cire.
    Bien sur la voiture devra, avant l’application d’une nouvelle couche, être dépoussiérée a l’aide de quick detailer* et d’une micro fibre (uniquement dans le cas d’une attente de 12 heures minimum entre 2 couches). Bien sur si l’on roule entre temps, malheureusement, il faudra refaire un lavage car dans ce cas ce sera bien plus que de la poussière qu’il faudra enlever. Certains mettent jusqu’à une dizaine de couche. Personnellement ma moyenne est de 3 : 2 couches de sealent et une couche de wax.

    Pour les lavage d’entretien il existe une catégorie de produit : les quick wax* que l’on passe après avoir lavé et essuyé la voiture et qui boostent le rendu en apportant une belle brillance.

    Les cires ne s’appliquent pas de la méme façon que les polishs. Il faut prendre un pad mousse (ou micro fibre selon les gouts de chacun) identique à ceux utiliser pour les cleaners/glaze (lustreur). Avec le pad mousse on descend doucement en faisant des mouvements circulaires sur une largeur de 10-15 cm. Puis l’on recommence en se mettant a coté et ainsi de suite.

    Exemple du passage de cire sur un capot

    Suivant le type de cire, le séchage est plus ou moins long. En cas de doute il suffit de faire le test du doigt : en passant son index sur une partie cirée on doit retirer sans peine les restes de cette dernière. De plus en séchant, la cire a tendance à former un léger voile. Cela nous informe quelle est sèche et prête à être buffer (essuyer)…et c’est là que va se révéler tout l’éclat de votre carrosserie.

    De plus l’eau va rester beaucoup moins sur votre carrosserie et cela se verra dés qu’il pleut avec la forme particulière des gouttes d’eau sur la voiture : le beading* (qui est propre à chaque cire). De méme, l’évacuation de l’eau est beaucoup plus rapide. C’est ce que l’on appelle le sheeting*.

    Votre voiture est maintenant protégée et brillante. La cire suivant les conditions (utilisation, région, « stockage » du véhicule…) tient entre 3 mois et 6 mois grand maximum. Pendant ce temps il faudra faire des lavages d’entretien courant. Ainsi bien sur les étapes de décontamination, polissage, lustrage et cirage ne seront pas nécessaire. Il faudra recommencer une préparation dés que la cire « s’essoufflera » .Trois préparations par an permettront un super entretien si elles sont couplées aux lavages d’entretien courant bien sur.

    7)- Finition extérieur

    Le but est de parfaire les parties du véhicule autres que la carrosserie.

    Les finitions extérieures consistent à redonner un coup de brillant aux pneus avec des produits dédiés. L’apparence donné aux pneus ira du mat au satiné en fonction des produits.
    De même tous les plastiques extérieurs seront traités avec des produits adaptés et il en va de même pour les joints de portes et de coffre.

    Les pots d’échappement chromés ne seront pas oubliés et auront droit à un traitement avec un polish à métaux qui va les désoxyder et leur rendre leur lustre d’antan.

    De même les vitres extérieures devront être nettoyées. Sans oublier de passer un petit coup sur la tranche des balais d’essuie glace. Un ou 2 passages suffisent car il ne faut oublier qu’il y a du graphite dessus et qu’il faut en enlever le moins possible sous peine de les détériorer irrémédiablement. Pour ce faire, soit l’on utilise un classique produit à vitre, soit un des polishs à vitre du marché qui sont bluffant d’efficacité. Certains (comme moi) afin d’améliorer l’effet déperlant vont ajouter un produit hydrophobe (un rain repellent) sur les vitres et le pare brise. Enfin votre véhicule est vraiment nickel.

    J’espère que ce tuto vous a apporté certaines choses et a répondu à certaines de vos interrogations concernant l’entretien extérieur d’une voiture.

    (*) Glossaire

    Beading: façon dont se forme les gouttes d’eau sur la carrosserie. Impressionnant aprés un cirage de la carrosserie.
    Buffing : essuyage à l’aide d’une micro fibre (polish, cire…).
    Clay- bar : est une barre souple (consistance de pâte à modeler) qui a pour but d’enlever les contaminants qui ont résistés au lavage.
    Cleaner : produit qui prépare la carrosserie en la nettoyant avant la pose d’une cire.
    Cutting : niveau d’abrasivité le plus élevé pour un polish.
    Fillers: remplisseurs incorporés a des lustreurs et qui bouchent TEMPORAIREMENT les micro rayures.
    Finishing : un des niveau d’abrasivité le moins élevé pour un polish.
    Foam lance : embout et réservoir que l’on place sur un N.H.P. afin de produire de la mousse.
    Glaze: ou lustreur, nourrit et fait briller le vernis.
    Grit guard : grille placé sur des supports en croisillon au fond du seau de rincage dont le but est de piéger les saletés.
    Pad: applicateur en mousse (ou en micro fibre) qui sert à appliquer tout ce qui est polish, glaze, cire… chaque pad ayant une utilisation spécifique.
    Quick Detailer : produit liquide qui une fois vaporisé sur la voiture permet un dépoussiérage à l’aide d’une micro fibre.
    quick wax: littéralement « cire rapide » est un liquide contenant de la cire (wax ou sealent) que l’on vaporise sur la voiture et dont le but une fois essuyé est de faire briller la carrosserie.
    Sealent : cire synthétique.
    Sheeting : façon dont l’eau s’écoule d’une carrosserie.
    Wax : cire qui contient une base de produits naturels.

    Source

    Par Manuel · 829 jours 27 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  2. 0 votes

    Lavage auto « Technique des 2 seaux »

    ¤ 1 – Pourquoi ? ¤

    Le lavage (en ce compris le séchage) est trop souvent délaissé lors d’un entretien. Il en est pourtant un des piliers ! Peut-être vous demandez vous pourquoi le lavage de votre auto est si important ? La raison principale est que la majorité des imperfections de votre peinture (rayures, tourbillons, oxydations, etc) est essentiellement due à de mauvaises techniques de lavage et de séchage. Notre but dans ce guide est de vous enseigner comment retirer efficacement les contaminations diverses tout en minimisant le risque de création de nouveaux « dégâts ».
    Pour d’évidentes raisons, il est recommandé de procéder à un lavage régulier : une base hebdomadaire n’est pas une hérésie. Cependant, les conditions familiales, professionnelles ou tout simplement climatiques peuvent être un frein. Un « service minimum » devra alors être mis en place pour parer malgré tout à certains désagréments saisonniers (insectes, sel, boue,…).

    Le diagramme ci-dessous représente une coupe de votre vernis lors des opérations de lavage et de séchage. L’image change toutes les 5 secondes pour mettre en valeur l’effet « avant/après ». Vous pouvez remarquer le passage de contaminations modérées aux contaminations mineures.

    Matériel recommandé :

    • (2x) gants de lavage de qualité (microfibre ou peau de mouton naturelle voire synthétique)
    • (1x) shampoing Automobile
    • (1x voire 2x) microfibres de séchage
    • (2x) seaux (si possible avec les grilles de type « Grit Guards »)
    • (1x) démoustiquant et anti-goudron (si besoin)

    Pourquoi ai-je besoin de tout cela ?

    1.1 – Gant de Lavage

    Commençons par les deux gants de lavage : un seul ne serait-il pas suffisant ? En théorie oui, mais nous y reviendrons plus tard.
    Voyons d’abord pourquoi il est recommandé d’utiliser deux gants de lavage…
    A l’évidence, les parties basses de la voiture sont les plus exposées aux saletés en tous genres. Prévoir un gant spécifique à ces sections et un autre aux parties les moins exposées est une simple manifestation de bon sens. Les personnes qui utilisent un seul gant courent un plus grand risque de rayure et sont contraintes de le remplacer plus souvent en raison de son utilisation « tout-terrain » qui accélère son usure. En outre, prévoir deux gants de lavage pour votre véhicule vous permet d’être sélectif quant aux matériaux utilisés : les gants en « peau de mouton » naturelle sont parfaits pour une utilisation quasi sans risque sur les parties les moins contaminées.
    Pour les bas de caisses et autres pare-chocs, un gant en microfibres (facile à rincer) conviendra à merveille. D’autres types de gants comme les « peau de mouton » synthétiques (moins chers que les naturels) ou les multi-tâches (gant synthétique proposant deux faces de conception différente) sont également disponibles. On trouve aussi dans le commerce des éponges microfibres, elles offrent globalement le même service que les gants microfibres. Quel que soit votre choix, soyez attentifs à la qualité du produit proposé ! Certains gants ne répondent pas toujours à un minimum d’exigences : ourlets ou coutures inappropriés, textile de mauvaise qualité,…

    Une autre alternative consiste à n’utiliser qu’un seul gant. Cette technique requiert énormément de prudence. Il est ainsi obligatoire de rincer le gant très souvent de manière à retirer les contaminants divers qui se sont incrustés dans ses replis. Un soin particulier (lavage, séchage) doit aussi être apporté au gant pour prolonger sa durée de vie et pour éviter tout risque de rayure lors du prochain lavage.

    En conclusion, même si l’alternative du gant unique est appréciable au niveau coût d’utilisation, nous vous encourageons fortement à utiliser deux gants pour un résultat optimal et sans faille.

    1.2 – Shampoing

    Si la mousse est agréable et belle à voir, il faut tenir compte du fait que le pouvoir lubrifiant du produit est prépondérant : c’est cette lubrification qui va vous permettre de retirer les contaminants en toute sécurité. Sans elle, vous allez racler les poussières sur la peinture et augmenter le risque de rayure. Une solution suffisamment lubrifiée aidera à détacher la crasse et à l’enlever sans risque pour le verni.

    Choisir un bon shampoing n’est donc pas une sinécure, il faut avant tout utiliser le shampoing le mieux adapté à la tâche qui lui est confiée.

    Dans le cas d’une voiture très sale ou d’un début de rénovation, il sera nécessaire d’utiliser un shampoing au fort pouvoir nettoyant et ou dégraissant. Différentes techniques coexistent ici : on peut bien évidemment utiliser la technique des deux seaux. Mais on peut aussi pulvériser la solution sur la voiture (au moyen d’un nettoyeur haute pression par exemple) afin d’attendrir la crasse. Le lavage au gant en est facilité mais la consommation de produit ou d’eau en est souvent augmentée.

    Pour un lavage régulier ou d’entretien, un produit de qualité doit aussi contenir les après-shampoings nécessaires à un résultat satisfaisant. Ceux-ci vont pêle-mêle faciliter le séchage, éviter l’apparition de taches de calcaire, apporter une finition brillante…En règle générale, ces shampoings sont destinés à être le complément idéal de la cire de protection présente dans leur gamme. Toutefois, il est bien souvent possible de varier les plaisirs en utilisant des produits issus de gammes différentes et ce, sans aucun souci de compatibilité.

    Enfin, il est utile de rappeler qu’il est impératif de respecter les consignes du fabricant en matière de ratios de dilution. Une concentration trop élevée de produit pourrait conduire à une usure prématurée voire à un retrait partiel ou total de la couche protectrice. A utiliser en toute connaissance de cause et avec précaution…

    1.3 – Microfibres de séchage

    Investir dans une microfibre de séchage de qualité va non seulement vous permettre de gagner du temps pendant la phase séchage mais aussi de minimiser le risque de créer (ou d’ajouter) des micro-rayures. Notre meilleur choix est la Microfibre Waffle Weave Drying Towel. Sa texture gauffrée absorbe les liquides efficacement. Souvent, une seule microfibre (60x95cm) est nécessaire bien que nous conseillons d’utiliser une seconde microfibre pour la finition (toutes les informations relatives au séchage vous sont détaillées ci-dessous). Pour d’évidentes raisons, il est essentiel que votre microfibre de séchage reste la plus propre possible. Gardez-vous de sécher une section qui aurait été oubliée lors du lavage. Evitez autant que faire ce peut tout risque de nouvelle rayure.

    Actuellement, ce type de microfibre est le meilleur compromis séchage/sécurité d’usage. Des raclettes à lame de silicone sont disponibles et redoutablement efficaces mais le risque de rayure est plus élevé.

    1.4 – Seaux

    Prévoir toujours 2 seaux pour vos lavages. Un seau d’eau claire et un seau d’eau savonneuse. L’eau claire fera office d’eau de rinçage empêchant la crasse de se déposer dans votre eau de lavage.

    ——

    ¤ 2 – Comment ? ¤

    En préambule, voici quelques recommandations de base qu’il est toujours bon de respecter. Tout d’abord, privilégiez un endroit sombre ou ombragé. Le soleil qui tape sur la carrosserie a tendance à provoquer l’évaporation rapide de l’eau de lavage ou de rinçage avec comme conséquence l’apparition de traces gênantes et une petite perte de temps pour faire disparaître ces dernières. Idéalement, la peinture et les roues devront être froides lors du lavage. Veillez également à être attentif aux vêtements que vous portez : méfiez-vous des boutons, tirettes, bagues, bracelets et autres objets de ce genre qui sont source de rayure. Pensez à fermer portes et fenêtres. Ce conseil peut prêter à sourire, mais une minuscule ouverture peut provoquer des dégâts non négligeables.

    Préparation :
    1. Remplissez votre premier seau d’eau aux trois quarts. Ajoutez ensuite la quantité de shampoing adéquate (voir notice).
    2. Remplissez le second seau d’eau claire.

    Processus :
    1. Lavez vos roues en premier lieu. Récurez les pneus (à l’aide d’une éponge ou d’une brosse spéciale) et nettoyez les jantes à l’aide d’une brosse douce et d’un produit spécialement adapté à la nature de celles-ci.
    2. Inspectez ensuite votre véhicule. Il peut être utile de « pré-traiter » des zones fortement contaminées pour plus d’efficacité. Des insectes incrustés, des taches de goudron frais peuvent par exemple être retirés préalablement avec le produit approprié. Une voiture particulièrement boueuse ou blanchie par le sel pourra subir un pré-lavage au foam-gun. Ce système va permettre la pulvérisation du shampoing sous forme de mousse. La crasse, ramollie, pourra être partiellement retirée lors du rinçage. De plus, le lavage manuel en sera grandement facilité.
    3. Rincez l’auto du haut vers le bas. Travaillez par section : ailes, capot, moitié de toit…
    4. Plongez votre gant de lavage dédié aux parties basses de la voiture dans le seau d’eau savonneuse et commencez le traitement de ces surfaces. Si vous avez utilisé un dégraissant, un dégoudronnant, un foam-gun,… l’opération devrait être rapide et facile.
    5. Rincez abondamment le gant dans le seau d’eau claire. Il est impératif de retirer un maximum de contaminants à ce stade. Rechargez le gant en eau savonneuse et poursuivez le travail.
    6 Lorsqu’une section de carrosserie est terminée, rincez-là.
    7. Une fois le travail terminé, videz vos seaux et répétez la préparation (eau savonneuse + eau claire).
    8. Plongez votre second gant de lavage dans le seau d’eau savonneuse et frottez le délicatement sur le reste du véhicule en allant du haut vers le bas. Rincez après chaque section.
    9. N’oubliez pas de régulièrement rincer votre gant à l’eau claire. Il doit être vierge de tout débris pour éviter les rayures.
    10. Une fois le véhicule lavé et rincé, retirez l’embout de votre jet d’eau. Laissez l’eau s’écouler librement en partant du toit. En comparaison avec un rinçage normal, l’eau s’accumule moins et le séchage sera moins ardu. Arrosez ensuite de droite à gauche en descendant lentement.

    Est-il utile de préciser qu’il ne faut surtout pas déposer les gants, éponges et autres microfibres sur le sol ? Vous mesurez aisément les risques auxquels vous vous exposez si vous faites cela…

    Remarque : en ces temps de chasse au gaspillage, le lavage sans eau est considéré par certains comme une technique d’avenir. Des sociétés spécialisées proposent ce service et en ce qui concerne le grand public, l’Optimum No Rinse permet à tout un chacun de s’essayer à cette méthode de travail.

    Séchage :
    1. Humectez votre MF de séchage et essorez- là.
    2. Attaquez les flaques d’eau résiduelle (toit, capot, hayon), essorez si nécessaire. Essuyez minutieusement votre voiture jusque dans ses moindres recoins. Vous pouvez vous munir d’une paille (technique la plus simple) pour déloger l’eau qui a tendance à stagner dans certaines crevasses ou jointures. Veillez cependant à ne pas souiller votre MF de séchage.
    3. A l’aide d’une seconde microfibre, parachevez le travail pour une finition parfaite. Dans bien des cas, une eau trop calcaire peut réserver de mauvaises surprises au propriétaire d’une voiture foncée. Des taches disgracieuses et souvent tenaces peuvent apparaîtres lors du séchage. Pour y remédier, certains utiliseront un adoucisseur d’eau, d’autres simplement un peu de vinaigre. La méthode simple et répandue que nous conseillons consiste à vaporiser un Quick Detailer lors du séchage. Vous obtenez ainsi une finition parfaite.

    Et après ?

    Entre deux lavages, il est envisageable d’utiliser un Quick Detailer (nettoyant rapide et sans eau).
    L’utilisation ou non de cette méthode sera laissée à votre appréciation : tout dépend de l’état de saleté de votre voiture.

    Bien que très utile, en été par exemple, pour dépoussiérer une voiture il est recommandé d’être très prudent. Malgré l’excellente lubrification de ces produits, le risque de rayure est augmenté. Il importe donc d’être particulièrement soigneux…

    Et comme tout ne se passe pas toujours comme dans le meilleur des mondes, vous serez inévitablement soumis aux dégâts causés par les fientes d’oiseaux, les taches de goudrons frais, les insectes collés,… Là encore, votre Quick Detailer fera des merveilles : en plus de préserver l’aspect esthétique de votre voiture, il préviendra certains dégâts plutôt ennuyeux (l’acidité des excréments d’oiseaux peut attaquer votre vernis).

    Par Manuel · 829 jours 17 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  3. 0 votes

    Pour tout savoir sur l’entretien automobile et apprendre les techniques de pro pour nettoyer votre voiture, je vous conseille ce forum :

    http://www.cosmetique-auto.com/

    Par Manuel · 828 jours 20 heures 13 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  4. 0 votes

    Pour voir des conseils de pro de l’entretien automobile en vidéo, voici l’adresse de la chaine YouTube de Meguiar’s

    Les explications sont simples et claires, comme je les aime.

    Par Manuel · 827 jours 20 heures 54 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  5. 0 votes

    Par Manuel · 817 jours 20 heures 34 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  6. 0 votes

    L’entretien de votre voiture en 5 étapes selon Meguiar’s

    Par Manuel · 812 jours 21 heures 16 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

  7. 0 votes

    Voici les conseils de Pinnacle Souveran pour appliquer de la cire sur votre voiture

    Par Manuel · 809 jours 5 heures 22 minutes .

    Questions: 63 Acceptée: 25 ( 40% ) | Réputation: 25

© Blogging Agency 2011. All rights reserved.